L'énigme des portes à double cintre du pays de Bécherel


becherel architecte constructeur double cintre
Maison à vendre dans le pays de Bécherel, août 2016
Photo Agence de la Maison Rouge - Dinan

Entre Rennes et Saint Malo, le pays de Bécherel a été du 17 au 19 ème siècle un pays toilier dont la production était réputée. Ses toiles se sont vendues dans toute l'europe, grande Bretagne comprise à des époques où le commerce avec ce pays n'était pas toujours chose aisée.
Il en reste de nombreux témoignages sur le plan architectural, notamment une particularité qui semble n'appartenir qu'au pays de Bécherel, les portes jumelées en plein cintre.
Initialement réservées aux maisons de tisserand elles ont progressivement été adoptées pour toutes les demeures, parfois très modestes.
Les notions de patrimoine, notamment du patrimoine architectural, et surtout celle de préservation du patrimoine sont très ambigües et ces doubles cintres ne peuvent qu'interpeller l'architecte. Faut-il préserver à tout prix ces éléments de constructions dans un esprit de conservation, au sens quasi mortifère du terme, ou au contraire les faire revivre, les intégrer à des constructions rénovées, avec l'intention de transmettre un patrimoine qui élève l'âme et renforce nos racines ?
Posée de cette manière, la réponse paraît évidente. La réalité, avec ces doubles portes en granit que l'on a laissé tomber en ruines depuis l'entre deux guerres est plus nuancée.
La double arche du pays de Bécherel est attestée dans les constructions des maîtres toiliers dès le 16ème siècle. Mais il est très difficile aujourd'hui d'expliquer son origine, son rôle et son utilité. Nul doute qu'il existait des raisons profondément ancrées dans la tradition architecturale du pays qui s'est perpétuée jusqu'au 19ème siècle. Mais la tradition s'est perdue et seule subsiste l'énigme.

  • Tirer une autre définition au hasard...