Lexique abrégé de l'Architecture en Bretagne

Bien des concepts ne sont pas exclusifs de la Bretagne ou des Côtes d'Armor mais, comme ils s'y appliquent, nous avons essayé de les définir ici au mieux.
L'immensité de la culture bretonne nous a conduit à limiter le nombre de définitions de ce lexique, mais n'hésitez pas à nous contacter pour nous signaler tout manque, notamment ceux qui seraient plus particulièrement liés à l'architecture de Saint-Brieuc ou de sa région.
Par ailleurs nous tenons à signaler sur notre site les noms de personnalités qui, à un titre ou à un autre, sont associées à l'architecture en Bretagne et dont les thèses doivent être diffusées.
Vous les trouverez dans notre page spécifique "Architecture en Bretagne, les noms qui comptent", avec les liens sur leurs travaux ou sur leurs thèses.

accolade maison individuelle saint brieuc cote d'armor

L'accolade est une forme de scupture fréquemment rencontrée sur les linteaux, qu'ils soient en pierre ou en bois, dans les grandes demeures notamment "renaissance".


En savoir plus sur les accolades dans l'architecture bretonne
ancrage ancre maison individuelle saint brieuc cote d'armor

L'ancre n'est pas seulement la pièce marine destinée à arrimer les bateux au mouillage. En construction elle désigne la pièce métallique qui, associée à un tirant, empêche les deux pans d'une construction de s'écarter. Le dispositif complet s'appelle ancrage.


En savoir plus sur les ancres dans l'architecture bretonne
acrotere architecte constructeur maison

Terme technique en construction, le mur acrotère, ou plus simplement acrotère, désigne le muret situé en bordure de la terrasse, lorsque le toit est plat, pour permettre le relevé d'étanchéité.


En savoir plus sur l'acrotère
apotheiz

(qui devient localement « à poteis » - on entend aussi que la maison « a un potéis ») n’est donc ni plus ni moins qu’une déformation du mot français « appentis », alors que dans la zone étudiée, architecturalement, il s’agit bien d’un avant-corps et non d’un appentis.


En savoir plus sur les apotheiz
architrave maison individuelle saint brieuc cote d'armor

Dans les constructions à colonnes, l'architrave, aussi appelé plate-bande, est la poutre horizontale qui repose sur toutes les colonnes. Lorsqu'il n'y a que deux colonnes on parle plutôt de linteau. C'est un élément architectural rare en Bretagne où il se rencontre surtout dans les édifices religieux.


En savoir plus sur les architraves dans l'architecture bretonne
archivolte maison individuelle saint brieuc cote d'armor

L'archivolte est la face verticale moulurée d'un arc.


En savoir plus sur les archivoltes dans l'architecture bretonne
ardoise bretonne cote d'armor

L'ardoise a pendant des siècles, été le matériau de couverture noble en Bretagne. Dans les côtes d'Armor, comme dans toute la Bretagne et les Pays de Loire, c'est un matériau aux usages traditionnels ou contemporains multiples. Toiture classique ou à l'ancienne, essentage, dallage, paillage pour le jardin...


En savoir plus sur l'ardoise dans l'architecture bretonne
ardoise blancheur granite

Stéréotype de modèle local et véritable code traditionnel pour les constructions bretonnes qui s'est imposé dès l’entre-deux-guerres et qui a notamment servi de déclencheur dans les années soixante au courant des maisons néo-bretonne.


En savoir plus sur ce concept architectural
armes parlantes maison individuelle saint brieuc cote d'armor

Désigne un bas-relief, une sculpture, un ornement que l'on peut assimiler à une armoirie et dont la forme correspond au patronyme de la personne, par exemple un renard pour une personne qui a pour nom de famille Goupil.


En savoir plus sur les armes parlantes dans l'architecture bretonne
bas relief maison individuelle saint brieuc cote d'armor

Un bas-relief est une sculpture, faite en pierre, en bois ou en métal (bronze, fonte), où la scène représentée ne se détache que faiblement du fond. L'exitence de ce fond constitue l'une des caractéristiques des bas-reliefs.


En savoir plus sur les bas-reliefs dans l'architecture bretonne
batiere toit maison individuelle saint brieuc cote d'armor

Un toit en bâtière est un toit à deux versants opposés, les deux autres côtés du bâtiment formant pignons. C'est l'appellation de métier pour désigner le toit classique à double pente, couverture la plus courante aussi bien dans l'habitat traditionnel breton que pour les maisons individuelles contemporaines.


En savoir plus sur les bâtières dans l'architecture bretonne
double cintre bécherel constructeur maison individuelle saint brieuc

Le pays de Bécherel héberge une caractéristique architecturale quasiment unique en Bretagne, les portes jumelles à double cintre. Rappelant les voûtes romanes elles peuvent être relativement modestes, ou au contraire très ouvragées, par exemple avec des doubles rangées de claveaux.


En savoir plus sur les portes à double cintres du Pays de Bécherel
bossage murs maisons individuelles cote d'armor

Le bossage est le nom que les architectes donnent aux parties des pierres laissées en relief et qui dépassent de la surface d'un mur. Ils peuvent être à but décoratif, et ont alors des formes et appellations différentes (bossage pointe de diamant, bossage rustique, bossage vermiculé, bossage à chanfrein,... ), soit laissés pour être taillés ultérieurement.
En savoir plus sur les bossages.

french chasse hunting domain for sale

Les trous de boulins servaient, au moment de la construction, à glisser un boulin, pièce de bois qui dépassait de chaque côté du mur, afin de soutenir un échafaudage pour travailler ou un plancher.
En savoir plus sur les trous de boulin.

brehat maison individuelle en site naturel

Les îles de Bréhat sont ici choisies comme archétype de tous les enjeux à respecter pour le rénovateur ou concepteur de maison individuelle dans un site hautement protégé : réglementation coercitive, site naturel, architecture et environnement à respecter.


En savoir plus au sujet des constructions sur Bréhat
campanaire maison individuelle en site naturel

Campanaire est l'adjectif qui désigne tout ce qui est en rapport avec les cloches, des métiers aux accessoires, des matériaux aux arts. D'autres mots courants utilisent la même racine, campanile par exemple, mais son acceptation la plus large est dans l'art campanaire, tradition séculaire particulièrement bien implantée en Bretagne.


En savoir plus au sujet de l'art campanaire
carport maison individuelle cotes d'armor

Un carport est un type d’abri de jardin destiné aux véhicules, voitures mais aussi bâteaux ou deux roues. Il se distingue de l'abri classique pour ranger votre matériel de jardin, ou des modèles habitables plus évolués. En général on ne trouve pas dans le commerce un abri de jardin intégrant un carport. En revanche, il est possible d’acheter un carport avec une extension dédiée au rangement des outils, comme un véritable abri de jardin. Un carport peut être composé de poteaux qui soutiennent un toit. Vous pouvez également opter pour un carport plus complet avec des panneaux latéraux, de façon à pouvoir le fermer complètement. La structure est suffisamment large pour que vous puissiez manœuvrer lorsque vous vous garez.


En savoir plus au sujet des carports et de leur usage
cavet maison individuelle en site naturel

Le Cavet est une taille de pierre ou une moulure concave, en quart de rond, reliant deux surfaces planes. Pour schématiser, le joint de silicone posé pour étanchéifier l'espace entre un plan de travail et le mur est très souvent "en cavet".


En savoir plus au sujet des cavets
chambranle maison individuelle porte bretonne

Un chambranle est le cadre de pierre composé de deux montans verticaux et d’une traverse supérieure, ou d'un arc, qui encadre les portes des bâtiments. Les montants et la traverse sont plus ou moins décorés. Le nom est maintenant étendu en menuiserie pour tous les encadrements de portes, intérieures ou extérieures, en bois en PVC ou en métal.
On donne le même nom aux revetements de marbre, de pierre, ou de bois, qui servent à décorer les cheminées dans les appartements et maisons individuelles.


En savoir plus au sujet des chambranles
chaumiere

Le chaume était utilisé comme matériau de couverture de toit, de la paille de seigle séchée, principalement dans les maisons traditionnelles bretonnes.


En savoir plus sur la chaumière bretonne
clef

La clef est la pierre au sommet d'un linteau cintré. Par sa géométrie, commue depuis des millénaires en architecture, on lui doit tout l'équilibre de la voûte.


En savoir plus sur les clés et clefs
crossette

Le mot a plusieurs sens.
En architecture et en menuiserie, une crossette est un élément décoratif consistant en un ressaut à l'angle d’un encadrement. On en rencontre souvent sur les linteaux supérieurs des portes et fenêtres en granit.


En savoir plus sur les crossettes
crossette

Le mot a plusieurs sens, mais en architecture une gerbière est une porte-fenêtre qui s'ouvre au niveau de l'étage. Si elle est sur un toit, elle est elle-même surmontée d'un toit, en général une petite bâtière. La porte fenêtre est dans le prolongement du mur de façade.
Hors architecture, le mot désigne aussi la charrette utilisée pendant la moisson pour transporter les gerbes, ou des meules de foin constituées par un empilement de gerbes.


En savoir plus sur les gerbières
granit

La définition géologique du granit, Roche éruptive dure, d'aspect granuleux et de teinte variable, composée de feldspath, de mica et de quartz, ne traduit pas l'hitoire, la charge émotionnelle et la richesse de cette pierre devenue le symbole de la Bretagne, que ce soit dans ses sites archéologiques ou dans ses constructions.


En savoir plus sur le granit breton

french chateau Gentilhommière for sale

Le hourdage désigne une maçonnerie grossière en moellons ou en plâtras. Terme à la connotation vieillie, il reste cependant parfaitement adapté pour décrire certains murs d'aspect brut.


En savoir plus sur le hourdage
kanndi buanderie blanchisserie léon

Mot breton pour désigner la "Maison à buée", ancêtre des buanderies, et qui était utilisée aux temps de l'industrie voilère en Bretagne pour blanchir les toiles.


En savoir plus sur les Kanndis
flongere bretonne

La longère prend la forme d'une maison de plain-pied, dotée d'un toit à deux pentes, parfois coiffée de chaume et dont les fenêtres sont disposées à la limite du toit. On accède à ce dernier grâce à un escalier extérieur. A l'intérieur, les pièces sont en enfilade.
En savoir plus sur les longères bretonnes

lucarne

Elément d'architecture des toits, établi en saillie sur une toiture et permettant d'éclairer et de ventiler le comble, ou d'accéder à la couverture.


En savoir plus sur les lucarnes
maison neo bretonne

Une maison néo-bretonne est une construction typique des années soixante, lorsque la normalisation des procédés de construction et la diminution des coûts, notamment dans les lotissements, a donné naissance à d’innombrables maisons pavillonnaires dans toute la Bretagne. Elles se caractérisent par leurs encadrements de portes et de fenêtres en granit, leurs toitures en ardoise à double pente et leurs murs blanchis à la chaux.


En savoir plus sur les néo-bretonnes
maison buée

Pour l'architecte contemporain, elles appartiennent plus à l'archéologie industrielle de la Bretagne car elles n'ont pas de vocation pour être transformées en habitat.
Les maisons à buée sont en effet des petits bâtiments artisanaux qui abritaient les activités de blanchissage des toiles.


En savoir plus sur les maisons à buée
maison tisserand arree maison tisserand arree

Les "maisons à tisserand", dont la présence est assez fréquente dans les anciens pays toiliers comme le Léon, sont de grandes maisons, bâties entre le 16ème et le 18ème, souvent éclairées par deux fenêtres, l'une "au haut bout" l'autre, au fond ou "bas-bout".
Leur fonction principale était d'héberger un métier à tisser, parfois deux.


En savoir plus sur les maisons de Tisserand
maison avancee maison avancee

Les "maisons à avancée" sont, comme leur nom l'indique, des maisons présentant une avancée latérale sur laquelle le toit descend en pente, avec des fenêtres en limite. La maison à avancée est typiquement bretonne, et les exemples les plus anciens remontent au 16ème siècle.


En savoir plus sur les maisons à avancée
maison capitaine maison capitaine maison capitaine

Généralement construites dans les communes du littoral, les maisons de capitaine sont plus modestes que les manoirs mais en conservent l’esprit traditionnel, typiquement breton. Elément distinctif important, elles sont dotées de caves dans lesquelles les propriétaires entreposaient les marchandises, voire leur butins.


En savoir plus sur les maisons de capitaine
maisons de pecheurs

Indissociable de l'image de la Bretagne, la maison de pêcheur présente des spécificités architecturales relativement précises. Elle est construite à proximité du port, souvent à même le quai.


En savoir plus sur les maisons de pêcheurs
french chateau verger orchard cerisaie for sale

Les malouinières sont des formes de manoirs datant du 17ème et 18ème siècle. A l'époque, les armateurs se construisaient leurs maisons de plaisance à la campagne, dans les environs de Saint-Malo.


En savoir plus sur les Malouinières
maison tisserand arree

Ancien terme breton, manale désigne ce qui se rapporte à un manoir, qu'il s'agisse du domaine ou de la construction. On parle donc d'une ferme manale, d'une maison manale, ou plus simplement d'une "Manale", tous ces termes évoquant un passé et une architecture en rapport avec le manoir auquel ils étaient rattachés.


En savoir plus sur les manales
moulin

Omniprésents dans toute la Bretagne, les moulins ont été les moteurs de toutes les industries et de l'agriculture pendant des siècles. Majoritairement hydrauliques, parfois à marée, plus rarement à vent, ils servaient aussi bien pour moudre le sarrasin, que pour carder la laine ou travailler le lin. Hormis ceux qui font l'objet de restauration, ils constituent souvent des résidences recherchées. Le travail de l'architecte consiste à préserver l'esprit des lieux tout en adaptant la construction aux normes d'isolation notamment contre l'humidité.


En savoir plus sur les moulins bretons
penti penty pentis

Il existe une multitude d’orthographes pour le penty breton. Penn- ty, pen-ty, penti, pentis... mais il s'agit toujours d'une "petite maison" en breton, généralement une petite maison de pêcheur.


En savoir plus sur les pentis
presbytère presbytère

Traditionnellement, le presbytère est le lieu de résidence du curé, du recteur ou du desservant de paroisse. Souvent situé à proximité des églises mais pas systématiquement, leurs constructions étaient financées dès le moyen âge par les paroisses. Suivant leur richesse les presbytères présentent une grande diversité ornementale et architecturale qui a conduit, dans certaines localités, à les classer au titre des monuments historiques.


En savoir plus sur les presbytères bretons
carte brgm uranium radon

Le radon est un gaz radioactif, Invisible et inodore, de forte densité, qui émane des roches du sous-sol, et qui atteint dans les caves et sous-sols de certaines maisons des taux alarmants.
En Bretagne, du fait de la radioactivité naturelle du Granit lequel contient des traces d'uranium, il est responsable pour 80% de la dose radioactive moyenne que la nature nous inflige (le reste provenant du rayonnement cosmique).


En savoir plus sur le radon en Bretagne